Confidences sur ma médiumnité

Cela fait des années que je perçois l’invisible. Les émotions, les états d’âmes, les pensées des gens, mais aussi la présence d’autres « personnes », d’autres consciences qui ne sont plus incarnées. Disons les esprits de gens qui ne sont plus sur terre mais qui sont toujours présents.

Malgré toutes ces années de pratique et de preuves de leur existence je doute encore. A cause de la pression de la culture dans laquelle je baigne. On appelle ça être cartésien ou terre à terre. Dans ma culture française il y a peu de place pour la spiritualité, peu de place pour la magie. Je crois que globalement en occident on préfère se référer à la science, à ce qui est mesurable. Le monde spirituel est pourtant bien tangible. Moi je le ressens physiquement, auditivement, visuellement, émotionnellement…

Influences mixtes

Je suis française et aussi originaire d’Afrique de l’ouest. Je suis donc aussi imprégnée d’une culture où l’invisible est accepté, pris en compte et mis au service de la vie terrestre. Dans ma culture d’origine on consulte les ancêtres, on leur confie nos problèmes pour qu’ils nous aident à les résoudre, on leur demande protection pour nos enfants, etc. C’est une autre norme.

Le fait d’être imprégnée de ces deux cultures aux positionnements diamétralement opposé est le parfait terrain pour alimenter mon conflit intérieur. D’autant plus que dans ma famille d’intellos, on a plutôt essayé de pencher vers une spiritualité raisonnable. On n’avait pas prévu d’avoir un membre de la famille connecté à l’invisible !

Je n’ai pas choisi de percevoir l’invisible. C’est quelque chose que j’ai longtemps refoulé et qui m’a toujours fait peur. Et quand il n’était plus possible de contenir tout ce potentiel, ça m’a tout simplement explosé à la figure. Mes premières expériences conscientes de communication avec l’invisible s’opposaient à tant de censures que cela a été particulièrement violent. J’entendais à la fois la voix des âmes et aussi celle de mon inconscient. Et c’est dans mon inconscient que se trouvait la censure, la dureté, les jugements, les réfutations et les doutes. Il y avait de quoi en perdre la tête !

Je suis restée plusieurs années dans cette cacophonie médiumnique. Puis petit à petit j’ai élagué, j’ai déblayé, et quand les vilaines voix se sont fait moins présentes, j’ai posé des questions. Et de pourquoi en pourquoi, j’ai compris. J’ai découvert la réalité de cette autre frange du monde que l’on dit invisible, mais que moi je perçois par tous mes sens. L’amour infini, les siècles de connaissance, la bienveillance absolue, la compassion la plus profonde.

Je doute de la réalité

Comment ne pas douter de ses propres sensations face à une société qui ne jure que par ce qui est scientifiquement prouvé ? Et qui vous juge négativement car vous percevez ce qui n’est pas encore scientifiquement prouvé ? Ils n’ont pas la réponse mais sont sûrs que nous affabulons. Pourquoi ? Sur quelle base se permettent-ils de dire que nous vivons dans l’illusion et de reléguer au rang de simple croyance, tout ce que nous percevons très tangiblement ?

Il y a pourtant de plus en plus de gens qui font des expériences « paranormales » et qui amassent des preuves « non scientifiques » sur ce domaine que la science boude. Bientôt nous serons plus nombreux.ses que les sceptiques. Si ce n’est pas déjà fait !

Pour ma part je lutte tous les jours contre des doutes qui me tiennent éloignée du métier que j’aime, qui rétrécissent mes capacités que je sens tellement plus puissantes. Parfois elles se révoltent et s’expriment librement. Et c’est un torrent d’information qui se déverse en moi.

Puis la censure retombe. « C’est toi qui invente » alors même que tous les messages que j’ai transmis au fil des années se sont révélés justes. A l’image de la société dans laquelle je vis, j’ai beau avoir des centaines de preuves, je ne suis toujours pas convaincue. Sauf que moi je souffre de ce conflit intérieur. Parce que le résultat est la négation d’une part importante de mon être. C’est comme demander à une virtuose du piano d’arrêter de jouer.

Le paradoxe du puit

Assumer sa médiumnité ce n’est pas la porter comme un étendard ou la crier sur les toits, c’est déjà juste accepter d’être un puit de connaissances. Et ça n’a rien de prétentieux. Le puit c’est la pierre qui contient l’eau et la met à disposition de celui ou celle qui voudra y plonger son seau. La connaissance c’est la nappe d’eau souterraine et invisible auquel le puit est connecté. Cette eau si ancienne, alimentée aussi par les eaux de la vie. Le cycle de l’eau, le cycle des vies qui viennent enrichir la connaissance/la conscience.

citation - Assumer sa médiumnité ce n'est pas la porter comme un étendard ou la crier sur les toits, c'est déjà juste accepter d'être un puit de connaissances. - lavoiedouce.com

Voilà, je suis un puit qui n’assume pas complètement d’être un puit. Un puit qui ne se sent pas légitime d’être connecté à une nappe d’eau souterraine (quel paradoxe !), invisible à ceux qui marchent à la surface de la terre.

« – Si si, je vous jure, il y a de l’eau en bas. Elle est bonne et douce, venez voir !
– Mais n’importe quoi c’est le désert ici. Il n’y a jamais eu d’eau et il n’y en aura jamais. Reviens sur terre voyons ! Et même s’il y a de l’eau elle est sûrement croupie et pleine de parasites. Parce que rien ne peut être totalement bon. Il y a toujours une face sombre. »

Mais comment matérialiserons-nous ce monde d’amour dont nous rêvons si nous ne croyons pas qu’il existe déjà dans l’invisible ? Voilà encore autre chose…

Alors je me range à l’intérieur de moi-même avec mes croyance en l’amour et en la bienveillance absolue de la vie, avec ma positivité jugée candide, avec mes preuves secrètes que tout est possible. Parfois je me dis que je suis arrivée trop tôt. Que le monde n’est pas prêt à entendre ce que j’ai à dire. Et les anciens me murmurent à l’oreille que justement, je suis venue pour ça, pour planter cette graine-là dans le cœur des gens, pour leur parler de douceur et des bonheurs possibles, et donner la recette à celleux qui sont curieux de savoir ce que j’ai compris et découvert.

Un jour j’assumerai pleinement ma médiumnité et ce jour-là j’oserai exprimer toutes ces beautés qui m’ont été transmises. Mes carnets attendent bien rangés, que je sois prête à partager ces textes de sagesse universelle.

Un jour j’assumerai pleinement ma médiumnité.

Pour recevoir mes prochains articles automatiquement, abonne-toi ci-dessous. Pas de blablas superflus ni de messages de vente, juste mes articles de blog.

Assumer sa médiumnité - lavoiedouce.com

A découvrir aussi :

3 réponses à “Confidences sur ma médiumnité”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :