Peut-on être dépendant de la médiumnité

Je n’ai jamais compris ces avertissements qu’on entend fréquemment chez les personnes qui travaillent avec l’invisible. On entend parler de risque d’addiction ou de « perdre son pouvoir », comme si ces êtres infiniment bienveillants qui nous accompagnent, pouvaient nous faire le moindre mal. Non, décidément, pour moi ça ne colle pas. Mais enfin tout dépend de la façon dont on envisage le monde invisible… Explorons ces idées.

Peut-on devenir accro aux contacts avec l’invisible ?

D’un premier niveau, je pense qu’on peut devenir dépendant de tout et n’importe quoi si on a un vide à combler en soi. Que ce soient les cartes oracles, le chocolat ou une substance illicite, l’addiction parle toujours d’une profonde blessure qui aspire à elle tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un apaisement.

Selon moi, il n’y a pas plus de risque d’être dépendant avec les cartes oracles qu’avec un autre objet ou une autre substance. Toute addiction est une perte de pouvoir, puisqu’on n’est plus capable de contrôler par sa volonté, le fait de consommer ou non la substance ou l’activité qui fait l’objet de l’addiction.

Cependant, pour moi, il y a un aspect particulier concernant les contacts avec l’invisible. On peut certes être accro à un objet, à une pratique, mais on ne peut pas être accro aux contacts avec l’invisible.

Bien choisir son médium (objet ou personne)

Si on consulte des personnes suffisamment expertes et honnêtes, la relation de dépendance devient tout simplement impossible. Pourquoi ? Parce que les êtres que nous consultons à travers nos outils divinatoires ou en passant par un.e médium, sont des êtres profondément bienveillants qui voient nos souffrances et qui ont pour seul objectif de nous aider à les guérir.

Ainsi, ils savent s’il y a un risque d’addiction et ils savent quel message transmettre pour éviter cette pente glissante. Si tant est que le médium consulté ait la capacité de capter et de transmettre ces messages de guérison.

Dans le cas d’une consultation par soi-même à travers des cartes oracles par exemple, il ne peut pas non plus y avoir d’addiction : si le message reçu à travers les cartes nous fait du bien, nous rassure et nous soulage réellement, comment cela peut se transformer en addiction ? L’addiction peut naître lorsque le soulagement est insuffisant et que l’objet de notre addiction nous met en esclavage.

Qu’est-ce exactement qu’une addiction ?

J’aime me référer à la définition des mots pour savoir de quoi on parle précisément. Voici donc la définition du mot addiction selon le site ameli.fr (assurance maladie française)

« Une addiction est définie par une dépendance à une substance ou à une activité, avec des conséquences nuisibles à la santé. La dépendance se caractérise par un désir souvent puissant, voire compulsif, de consommer ou de pratiquer une activité. Cette consommation ou cette pratique entraînent un désinvestissement progressif vis-à-vis des autres activités.

Ainsi, une personne est dépendante lorsqu’elle se retrouve dans l’impossibilité de s’abstenir de consommer ; elle perd le contrôle de l’usage d’une substance ou d’un comportement, et ce malgré la survenue de conséquences négatives sur sa santé et sur sa vie sociale. »

Ce qui fait que la dépendance s’installe, c’est lorsque l’objet de celle-ci apporte un bref soulagement ou une forme de plaisir, créant une illusion de solution au vide profond que j’évoquais plus haut, mais sans réellement régler le problème.

Consulter sa guidance à travers les cartes ou une personne médium honnête et experte, apporte de réelles solutions durables. Je ne vois pas comment pourrait s’installer une addiction dans ce domaine. À moins bien sûr de tomber sur des personnes manipulatrices qui créent une relation de dépendance par des stratégies créant une sorte de manque chez la personne qui cherche à se rassurer. Par exemple en prédisant des catastrophes ou des événements désagréables et en promettant que multiplier les consultations serait la solution pour éviter ces problèmes et catastrophes.

Le véritable fonctionnement de notre guidance

Ainsi, la solution pour éviter tout risque d’addiction au contact avec l’invisible serait de :

  • savoir comment éviter les personnes manipulatrices et les outils aux propos négativistes
  • et connaître le véritable fonctionnement de notre guidance : sa façon de s’exprimer toujours dans la douceur et le respect, son intention toujours tournée vers notre épanouissement.

Cela veut dire qu’interpréter ses cartes oracles avec des messages au ton sévère et menaçant est une interprétation erronée du message de notre guidance. Cela veut dire aussi que tout jeu de carte comportant des messages sévères et menaçants n’est pas le reflet de la guidance, mais celui des blessures de l’auteur. À éviter !

Tout jeu de cartes oracle, tarot, livre ou vidéo comportant des messages sévères et menaçants n'est pas issu d'une guidance spirituelle mais des blessures et peurs de leur auteur. - lavoiedouce.com

Lorsqu’on est tenté d’interpréter les cartes de cette manière, ou d’accepter ce type de messages délivrés par les textes de celui ou celle qui a créé le jeu de cartes, il conviendrait de s’arrêter et d’observer ce que cette interprétation révèle de nos conditionnements et des possibles injonctions que nous avons intériorisées. Car je le répète, notre guidance est toujours bienveillante. Nous avons peine à y croire parce que nous ne sommes pas habituées à une communication parfaitement bienveillante.

Une communication parfaitement bienveillante

À quoi ressemble cette parfaite bienveillance ? Selon mon expérience personnelle, et après m’être perdue pendant plusieurs années dans le dédale très dur des injonctions sévères qui provenaient de mes traumatismes, j’ai découvert une autre façon d’exprimer les choses.

Lorsque je communique avec mes ancêtres, il n’y a jamais de jugement, jamais de notion de bien ou de mal. Toujours une profonde compréhension des mécaniques qui m’ont conduit dans des directions douloureuses et l’accès libre à toutes les informations utiles à mon épanouissement.

Il n’y a pas d’annonce de catastrophe ou d’événements désagréables, tout simplement parce qu’ils savent comment les éviter. Et comme ils me l’ont souvent répété, ce genre de choses se produisent quand quelque chose n’est plus en harmonie.

Il n’y a pas de hiérarchie entre eux et moi, il n’y a que de l’amour, du respect et une profonde compassion. Même lorsque j’ai fait des erreurs qui ont provoqué la souffrance d’autres personnes, ils m’ont aidé à comprendre pourquoi j’avais agi ainsi et comment réparer les choses. Et ils ne l’ont pas fait de leur propre initiative, ils ont attendu que je me rende compte des choses et que je sois disposée à les résoudre.

Car la patience est aussi une de leur vertu. Ce sont des champions de l’éducation bienveillante. Ils savent qu’il est contreproductif de contraindre quelqu’un à changer de direction ou de façon d’être. Ainsi, ils envoient des signes et des propositions qui, si nous les voyons et comprenons, nous amènent à poser les bonnes questions. Et c’est seulement là qu’ils nous donnent les réponses.

Parce que c’est uniquement quand nous sommes prêt.e.s que nous pouvons entendre et comprendre les réponses qu’ils ont à nous donner. Ils ont ainsi pleinement confiance en nous et en notre capacité à revenir à l’amour. Ils n’ont de cesse d’essayer de nous faire voir la vie du côté de l’amour, même s’ils savent que nos choix peuvent nous conduire à des aveuglements qui durent des vies entières. Ils n’abandonnent jamais.

Comment des êtres se comportant de cette manière pourraient être une source de dépendance ? Ils savent que l’amour ne peut s’épanouir que dans la liberté la plus totale. La dépendance est un esclavage qui ne peut exister dans cette relation.

Peut-on réellement perdre son pouvoir en se reposant « trop » sur sa guidance ?

« Perdre son pouvoir », faut-il vraiment aborder la question sous cet angle ? Sérieusement ? Quel est ce pouvoir que nous craignons de perdre ? Le pouvoir d’échouer ? Celui de se faire mal ? Celui de faire mal à un autre être vivant ? Car c’est exactement tout ce que nous évite le fait de fonctionner en « binôme » avec notre guidance. Notre guidance est là pour veiller à ce que nous atteignions nos objectifs de la meilleure façon possible. Point.

Les anciens, ceux qui nous ont précédés sur cette Terre, ne prennent pas le pouvoir sur nous juste parce que nous leur accordons la confiance de les laisser nous guider. Ce sont nos associés, parfaitement désintéressés, car ils n’obtiennent rien à nous aider. Il n’y a pas de bénéfice autre que l’expansion de l’amour sur Terre. Eux sont déjà dans l’amour et n’ont besoin de rien.

Penser en termes de prise de pouvoir, c’est oublier que ce sont des êtres d’amour pur. L’amour véritable, l’amour tel qu’on en a oublié la saveur sur terre, repose sur un profond respect et sur la liberté d’être. Ce n’est ni de la possession, ni de la manipulation.

Mais tout comme avec la bienveillance, on n’a pas l’habitude d’une qualité d’amour aussi parfaite et absolue : l’amour inconditionnel. Alors on projette notre vécu terrestre sur la relation avec nos anciens, ceux qui sont de l’autre côté du voile.

Ils ne sont pas capables de transformer notre confiance en pouvoir. Ils n’en n’ont pas envie. Ça ne les intéresse pas. Cessons d’avoir peur qu’ils nous fassent subir les traumatismes relationnels vécus avec nos frères et sœurs incarnés, et rapprochons-nous de nos ancêtres. Car l’harmonie sur Terre n’est possible qu’en combinant leur vision panoramique sans limites et notre force d’action et de création dans la matière.

Je suis Marie, âme sensiblecréative et spirituelleneuro-atypique (THPI+TSA+TDAH), amoureuse de la vie et du bonheur.

Ancienne coach et thérapeute holistique, je suis aujourd’hui auteure et je continue d’accompagner celleux qui le souhaitent à travers mes textes, podcasts et ouvrages.


Pour recevoir mes prochains articles automatiquement, abonne-toi ci-dessous. Pas de blablas superflus ni de messages de vente, juste mes articles de blog.


Peut-on être dépendant de la médiumnité - lavoiedouce.com

A découvrir aussi :

4 réponses à “Peut-on être dépendant de la médiumnité”

  1. Merci beaucoup Marie ❤

    J’ai beaucoup aimé cet article et je me sens bien alignée avec 😊 même si, pour moi, j’ai la sensation que c’est principalement mon âme qui s’adresse à moi plutôt que mes ancêtres.
    Dans le fond, cependant, j’ai tendance à sentir que c’est la même énergie. Comme tu le disais, il me semble, dans un autre de tes écrits, cette énergie prend sans doute simplement « le visage » qui nous convient le mieux à chacun…

    Merci beaucoup et belle après-midi à toi ✨

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :