Mon parcours spirituel hors du commun (version enrichie)

Cet article je l’ai écrit il y a quelques temps, et déjà publié sur mes anciens sites internet. Il a déjà été lu par plusieurs personnes mais je reste anxieuse de le partager ici. Ai-je encore besoin de raconter cette partie de mon histoire ? Est-ce encore nécessaire ? Qu’est-ce que cette histoire dit de moi ? Et qu’est-ce que cela peut t’apporter de savoir tout ça ?

Ce texte n’est pas l’exacte copie du texte d’origine qui date d’aout 2021. C’est plutôt une version enrichie d’explications que me donne ma sagesse et mon recul d’aujourd’hui.

Je dois l’avouer, j’ai peur de ce que tu vas en penser. Malgré les apparences je n’assume pas encore totalement mon positionnement spirituel et ma médiumnité.


->Clic droit pour ouvrir dans une nouvelle fenêtre

Confidences sur ma médiumnité

Cela fait des années que je perçois l’invisible. Les émotions, les états d’âmes, les pensées des gens, mais aussi la présence d’autres « personnes », d’autres consciences qui ne sont plus incarnées. Disons les esprits de […]

Et surtout je n’ai pas fini de guérir des blessures que m’a laissé cette aventure traumatisante. Et c’est peut-être justement pour ça que je dois continuer à la raconter. Peut-être aussi pour me donner la chance de trouver des gens qui pensent comme moi ? Nous verrons.

Cette expérience fait partie de ma vie et de qui je suis aujourd’hui. J’essaye de ne plus me cacher et d’être le plus authentique possible. J’espère que mes propos ne froisseront personne mais inviteront à une réflexion apaisée sur la spiritualité et ce à quoi nous choisissons de croire.

Comment me suis-je ouverte au monde invisible

A l’origine il y a un simple questionnement. Depuis que je suis enfant je m’interroge sur le sens de la vie, le sens de la souffrance…

Si le sujet de la souffrance te questionne je t’invite à lire les articles que j’ai publié sur cette thématique :

Avec les péripéties de la vie d’adulte je me suis mise aussi à me demander qui je suis et surtout comment je pouvais me sentir libre, me sentir moi, être heureuse tout simplement ?

Il vient un moment où les réponses conventionnelles, celles qui sont validées par la science et par la logique, ne suffisent plus. Mais ce n’est pas tout à fait comme ça que tout a commencé.

Une rencontre soudaine et impromptue

Tout m’est tombé dessus d’un coup. Ça a commencé par des manifestations paranormales dans mon appartement. Objets qui bougent tous seuls, vitres qui cassent sans raison, grands coups donnés dans les portes sans qu’il n’y ait rien ni personne, et au point que la porte en vibre, etc. Ces événements je ne les ai pas vécus seule. Mes proches en ont été témoins. Je ne pouvais pas les ranger derrière un “ça n’existe pas” ou un “c’est dans ta tête”. C’était devenu tellement intense qu’à certains moments je me suis réfugiée chez mes parents pour pouvoir dormir en paix.

Intérieurement j’étais aussi très perturbée avec des coups de fatigue intense et inexplicable et des yoyos émotionnels dont je ne savais pas encore qu’ils étaient le reflet de ce que je captais des émotions des autres. Je ne savais pas que mon hypersensibilité pouvait aller jusque-là !

Après avoir consulté mon médecin et fait des analyses j’ai vite compris que ce n’était pas ce genre de professionnels qui pouvaient m’aider. J’avais même du mal à expliquer ce que je ressentais et je ne voulais pas qu’on me diagnostique une maladie mentale que je n’avais pas.

J’ai donc cherché ailleurs qui pouvait m’aider à ramener le calme chez moi et à comprendre ce qui se passait en moi et autour de moi. De géobiologues en énergéticiens, d’hypnothérapeutes en médiums, de magnétiseurs en cartomanciens, le calme est revenu dans mon appartement et j’ai découvert un peu plus à travers leurs « diagnostics » et perceptions médiumniques, qui j’étais et ce que mon âme était venue incarner sur Terre. J’étais une « guérisseuse », une accompagnante. Ces informations ne venaient que confirmer ce que j’avais déjà pressenti (je venais de lancer mon activité de coaching), je ne pouvais donc pas en douter. Et de fait j’avais découvert la réalité de ce monde invisible. Il me restait donc à me former.

La révélation de capacités que j’ignorais avoir

Je me suis d’abord formée à l’utilisation des cartes oracles. C’était d’une fluidité et d’une évidence pour moi ! Comme si j’avais fait ça toute ma vie. Une vraie révélation !

Je me suis ensuite formée à la radiesthésie (utilisation du pendule) qui me permettait de poser enfin les questions qui me taraudaient depuis tant d’années.

Je me suis également formée au channeling et à l’écriture médiumnique pour transmettre des messages et guidances aux personnes qui le souhaitaient.

Je n’étais plus seulement coach, je touchais à la magie de la vie, celle que je cherchais depuis mon enfance sans en avoir complètement conscience. J’avais toujours aimé les histoires fantastiques, de science-fiction, de fées ou de sorcières… Cela me fascinait ! Et adulte je découvrais que tout cela était réel ! Du moins c’est ce que je croyais à l’époque. Je m’y suis jetée avec tout l’enthousiasme de quelqu’un ayant marché longuement dans le désert et apercevant enfin l’oasis salvatrice.

Comment l’engrenage infernal s’est enclenché

Je ne connaissais rien à ce monde invisible et j’avais totalement confiance en ces professionnels reconnus qui me délivraient leur savoir ou le partageais à travers des vidéos et des écrits. Imprégnée par l’idée que seuls les experts savent, je n’ai pas remis en question ce qu’ils transmettaient avec conviction. Jusqu’à ce que cela commence à se révéler douloureux pour moi.

On m’a expliqué qu’il y avait des guides, que nous étions tous accompagnés par des anges, archanges, dieux et déesses, maîtres ascensionnés ou autres créatures divines supérieures et invisibles, et qu’elles étaient là pour nous accompagner à travers l’expérience humaine. Pour assurer notre protection, nous apprendre à être toujours plus proche de l’amour inconditionnel, trouver la paix intérieure, mais aussi trouver des solutions pratiques à nos problèmes d’humains et donner l’inspiration à nos belles créations.

Malheureusement dans mon cas, ces fameux guides se sont révélés plutôt sévères et manipulateurs. Lorsque je me plaignais de cet état de fait ou que je recherchais la raison de cette dureté, on me l’expliquait

  • soit en me disant que ces souffrances étaient nécessaires à l’évolution de mon âme
  • soit qu’elle était le fruit d’entités maléfiques invisibles qui me tourmentaient.

Je découvrais ce monde invisible, je n’y connaissais rien. Je ne savais pas qu’une autre explication était possible, et je n’ai su que bien plus tard que j’étais sous l’emprise de mes traumatismes.

On m’avait donc parlé des “entités du bas astral” ou d’âmes errantes parfois perturbatrices mais je n’aurais jamais imaginé être sous la coupe d’une “interférence éthérique” capable de se faire passer pour un guide ! Je mets des guillemets parce que ces expressions définissent des choses auxquelles je ne crois plus aujourd’hui. Mais avant de parler de cet aspect de l’histoire, laisse-moi t’expliquer comment la spiritualité s’est transformée en poison pour moi.

Des concepts spirituels toxiques

Sur les cartes oracles on ne peut lire que ce que les auteurs ont défini par avance dans les textes et les illustrations. Enfin, ce n’est pas tout à fait exact si on pratique la lecture intuitive. Mais la néophyte que j’étais faisait face à des textes et images propageant des principes spirituels tout à fait ordinaires dans le sens où ils sont largement répandus.

Et j’étais régulièrement poussée par mon intuition, c’est à dire mes sensations physiques et mes perceptions extra-sensorielle à acheter des oracles dont certains avaient un discours carrément jugeant et manipulateur. A l’époque je ne percevais pas encore cela de cette manière. Et je crois que mon intuition m’a poussé dans ces directions pour me sortir de mon aveuglement. J’étais tellement engluée dans ces idées fausses que je ne voyais rien d’autre. Je ne pouvais être réveillée que par un choc.

A travers les textes et propos avec lesquels j’étais en contact,

  • l’humilité se transformait en culpabilité d’éprouver de la fierté, et en déni de soi.
  • Mes élans de contribuer au monde m’étaient présentés comme un orgueil mal placé voir un “désir inconscient de se substituer à la Lumière” (se prendre pour Dieu quoi…),
  • l’accusation systématique de mon ego ou de mon mental dès que quelque chose se déroulait d’une façon perturbante,
  • les injonctions répétitives à changer la façon de vivre qui me convenait pour pouvoir “monter en vibration”, etc.

C’est ce que les cartes que je tirais me montraient. Et elles étaient mon principal moyen de communiquer avec les “guides”. J’étais face à ce discours de manière répétée. Et désireuse d’apprendre les codes de cet aspect de l’existence que je découvrais, je ne mettais pas en doute ce que j’apprenais. Puisque c’était comme ça que ça marchait, il fallait s’y plier…

Surtout qu’il y avait la menace des « entités perturbatrices » qui me poussaient à adopter ces principes aux « vibrations élevées ». La peur de redéclencher des manifestations paranormales effrayantes m’a mené vers une spiritualité négativiste et finalement peu rassurante.

La manipulation mentale

A ce stade je n’avais pas encore compris ce qui provoquait toute cette violence envers moi-même. Je m’en tenais aux explications que la plupart des personnes ouvertes à l’invisible, donnent à ces phénomènes.

J’avais progressivement développé la clairaudience et la clairvoyance. J’ai donc eu droit aussi à une avalanche de discours et d’images souvent intrusives, violentes et qui me semblaient manipulatrices. Par tous ces moyens de communication, j’ai eu doit à tous les ingrédients de la relation perverse narcissique :

  • l’alternance de période de séduction remplie de fausses promesses et de périodes de brimades justifiées par l’apprentissage d’une leçon, validée par le fait que mon âme aurait choisi ces épreuves et que donc je n’avais pas le choix. J’ai compris ensuite que les fausses promesses que je voyais dans les cartes étaient mes rêves enfouis que je n’osais pas poursuivre et que les brimades étaient un auto-sabotage inconscient, issu d’interdictions au bonheur transgénérationnelles.
  • la critique incessante : tout était toujours de ma faute. Si quelque chose n’allait pas c’était à cause de ma vibration ou de mes vies antérieures ou de mon égo. Si ça allait bien c’était un cadeau des “guides” assorti d’un message disant plus ou moins clairement “vois-tu comme nous t’aimons ?” “vois-tu ce que tu peux obtenir grâce à nous ?” “Ils” renforçaient ainsi ma culpabilité, mon sentiment d’impuissance, et ma dépendance à leur soi-disant protection. Je ne voyais pas que la plupart des relations importantes de ma vie fonctionnaient sur ce modèle. Mes interprétations des cartes étaient donc teintée de ce système relationnel toxique auquel j’étais habituée.
  • les silences radio inexpliqués : du jour au lendemain plus aucun contact, mes capacités coupées. Je n’entendais plus rien en clairaudience, ne voyais plus rien avec mon regard psychique, les cartes ne me délivraient plus aucun message, mon pendule ne répondait pas. Aujourd’hui je sais que c’était mon cerveau qui se mettaient on pause pour me protéger de ce flot de souffrance psychologique. Bien sûr ensuite il y avait un “enseignement” dont la logique complexe emberlificotaient mes pauvres neurones fatigués et me plongeait dans une intense confusion. Là encore, mes interprétations de ces « enseignements » venaient de la logique des relations toxiques auxquelles j’étais habituée
  • les incohérences d’une fois à l’autre dans les informations reçues sur une même thématique. Et quand je questionnais ce double discours c’était soit que je n’avais pas compris, soit que ces vérités ne pouvaient pas m’être révélées plus tôt. Comme je croyais parler avec des êtres dotés d’une conscience supérieure à la mienne, cela faisait sens que je puisse ne pas avoir un niveau de conscience suffisant pour comprendre ce qu’ils essayaient de m’enseigner. En réalité ces contradictions étaient le reflet de mes conflits intérieurs et des informations erronées que j’avais absorbées lors de mes errances à rechercher des réponses auprès de personnes dont je ne savais pas qu’elles étaient elles-mêmes égarées.
  • le fait d’être chosifiée : sous couvert de me donner des conseils pour améliorer ma vie, je recevais des directives qui me faisaient littéralement tourner en bourrique, renforçant ma confusion mentale et donc me privant de discernement, tout ça pour ne quasiment jamais voir arriver l’amélioration prévue, ou pour me conduire à poser des actions néfastes pour moi et pour d’autres, que je n’aurais jamais voulu faire si j’avais eu du recul. Je me sentais manipulée comme je l’étais dans mes relations terrestre. Et cette propension à être manipulée prenait racine dans mon histoire familiale. Mais je ne le savais pas encore. C’était vraiment comme si mes traumatismes et programmations inconscients se substituaient à ma guidance.
  • la remise en question constante de ma perception de la réalité (le fameux gaslighting) par les explications longues et détaillées qui m’étaient données sur les évènements survenus que soi-disant je n’avais pas compris comme il le fallait car bien sûr j’étais en apprentissage.

J’étais complètement sous l’emprise de quelque chose d’invisible et d’incompréhensible. Les explications données par les personnes à qui je demandais de l’aide n’y faisaient rien et aucun désenvoutement ni nettoyage énergétique n’avait raison de cette folie.

Et j’avais droit à une dimension supplémentaire de cette manipulation puisque mes sensations physiques, mes ressentis émotionnels, mes perceptions en clairvoyance et en clairaudience étaient engluées dans ces discours toxiques.

“On” me faisait par exemple ressentir des malaises physiques en présence de certaines personnes pour me convaincre qu’elles étaient porteuses de mauvaises vibrations et qu’il fallait couper les ponts si je voulais continuer mon métier. J’ignorais que c’était ainsi que fonctionnait mon hypersensibilité. Je sais aujourd’hui que je suis capable de ressentir physiquement les états d’âmes des personnes autour de moi. Cela se manifeste par des nausées, des maux de tête ou de ventre ou par des émotions fortes qui me tombent dessus sans crier gare.

Ou alors “on” me provoquait du jour au lendemain une aversion pour des aliments que j’adorais en me disant que mon changement de taux vibratoire était responsable de ce changement soudain. “On” me faisait voyager en rêve éveillé dans des vies antérieures dont les scénarios permettaient de justifier je ne sais quel travail sur soi interminable et nettoyage énergétique fastidieux qu’il fallait renouveler inlassablement. C’était épuisant !

Le « on » dont je parle je ne savais pas ce que c’était. Les explications qu’on me donnait ou que je trouvais ne me parlait que d’emprise maléfique. Aujourd’hui je connais un peu mieux le fonctionnement de la médiumnité et du monde invisible. J’ai compris que ce « on » était une projection de mes traumatismes et des informations toxiques que j’avais absorbé très profondément et sans filtre, à cause de cette hypersensibilité dont j’ignorais la profondeur et qui me rendait poreuse. Lorsqu’on est habitué aux relations toxiques parce qu’on a grandi dedans, qu’on est habitué à un certain type de communication, à un certain type de comportement relationnel, c’est avec ce prisme qu’on interprète le monde invisible, jusqu’à ce qu’on se rende compte que ce n’est pas aligné avec l’amour incroyablement pur que nous portent ceux qui nous accompagnent depuis l’invisible.

Nos programmations inconscientes limitantes ou toxiques s'expriment à travers tout ce que nous sommes, y compris notre médiumnité et notre capacité à utiliser l'énergie. Elles peuvent aller jusqu'à créer des manifestations paranormales et des perceptions cauchemardesques qui sont interprétées comme ayant une origine extérieure à nous, alors qu'elles sont issues de notre vision déformée de la vie. - lavoiedouce.com

Au fur et à mesure du temps et au fil de mes ras-le-bol de souffrir, je démontais les unes après les autres, toutes les faussetés transmises par mes “guides”. Les manifestations qui permettaient de justifier ces propos disparaissaient donc au fur et à mesure que j’abandonnais certaines croyances. Mais moins j’étais docile au discours et plus mon corps souffrait. “Ils” changeaient de stratégie pensais-je. J’étais régulièrement vidée de mon énergie. Au sens propre ! La réalité est que j’étais en burn-out et je ne le savais pas ! Aveuglée que j’étais par la confusion des explications paranormales insensées qui m’étaient données !

J’avais l’impression qu’à chaque fois qu’il me prenait l’envie de mettre en place dans ma vie quelque chose de nourrissant ou d’épanouissant, je n’avais plus aucune force pour passer à l’action. Et je prenais cela pour une action sabotante de cette emprise maléfique.

J’avais toutes sortes de symptômes physiques (maux de tête et de ventre, douleurs en points de côté plus ou moins intenses, etc.) et notamment des dégoûts alimentaires si forts et si nombreux que je ne pouvais plus m’alimenter suffisamment. Je maigrissais et m’affaiblissais à vue d’œil. Des symptômes propres à l’épuisement, je le sais aujourd’hui. Il n’y avait rien d’autre à y voir que de l’épuisement. Malheureusement personne ne m’a alerté à ce sujet et moi je pensais simplement que je devais faire des efforts pour « monter en vibration ».

La clairaudience était devenue un enfer et j’avais besoin d’une grande mobilisation mentale pour faire taire ces voix envahissantes. Les voix de mes traumatismes et de toute la toxicité qui m’avait influencée.

Libération et compréhensions

ça a été un long parcours avant de pouvoir quitter ce contexte de synchronicités empoisonnées et de confusion mentale. Aucun thérapeute n’a pu vraiment comprendre ce qui m’arrivait tant c’était atypique et jamais vu. Ils travaillaient sur ce qu’ils connaissaient, avec les principes spirituels auxquels ils croyaient et libéraient ce qu’ils savaient libérer. Mais le mal persistait.

Et un jour j’ai découvert l’hypnose régressive. Une forme d’hypnose permettant d’observer ce qu’il se passe au niveau de l’âme dans cette vie ou dans d’autres, et qui crée ou autorise la souffrance actuelle. J’ai eu 2 sessions d’hypnose régressive. Malheureusement elles ne m’ont pas permis de me libérer réellement puisque les messages perturbants ont continué de me persécuter. Ils avaient cependant perdu en virulence au fur et à mesure de mes compréhensions.

Après les séances d’hypnose régressive certains symptômes ont immédiatement disparu. Et pour cause : j’avais arrêté de m’agiter et m’étais mise au repos pour les besoins de la métabolisation des changements effectués au niveau éthérique. D’autres symptômes étaient encore présents. Je les mettais eux aussi sur le compte de la métabolisation. Une longue convalescence commençait.

Une libération traumatisante

Au contact avec les praticiens en hypnose régressive, j’ai ouvert ma conscience à une vision du monde sombre et pessimiste, où on me parlait d’humanité majoritairement interférée par des entités horribles, d’une planète Terre condamnée, d’entités maléfiques invisibles omniprésentes, de “travailleurs de lumière” utilisés à leur insu pour alimenter ces entités en énergie, de réincarnations forcées et autres horreurs… C’étaient les informations que perçoivent et transmettent les personnes que j’ai consulté en hypnose régressive.

Lorsque ma route a croisé celle de ces personnes, j’étais psychologiquement abîmée et physiquement laminée par 3 années de lutte contre cette emprise à laquelle je ne comprenais rien. Je n’avais plus de vérité propre, j’avais perdu mon axe. Devant l’horreur de ce que j’avais vécu, ce discours de cauchemar faisait sens… Je l’ai absorbé et j’y ai cru un temps. Ce faisant j’ai étouffé les dernières braises de positivité et d’optimisme qu’il me restait. Moi qui avais commencé tout ça parce que je cherchais un sens à la vie, à ma vie, je ne voyais plus aucune raison de vivre dans un monde aussi horrible et trompeur. J’étais dans le désarroi le plus total et je luttais pour trouver un sens à tout ça.

Je sais aujourd’hui que tout cela est faux car les réponses et explications que j’ai obtenues après m’être désintoxiquée de ces idées et avoir retrouvé mes esprits, étaient beaucoup plus simples, claires et logiques, dénuées de toute fantasmagorie, me permettant d’observer le monde sous un angle beaucoup plus pragmatique voir scientifique. Et pourtant je les ai obtenues grâce à ma médiumnité.

Choisir l’optimisme

Un jour, je ne sais pas comment, quelque chose s’est allumé en moi : j’ai compris que ce qui m’avait été dit n’avait pas plus de vérité que l’existence du père Noël. J’ai compris que j’étais libre d’y croire ou non.

Ce petit sursaut vers le haut a été ensuite renforcé par l’écoute d’un podcast d’Issa Padovani. En effet, depuis quelques jours j’avais un doute : puisque nous sommes des êtres créateurs nous avons certainement le pouvoir de renverser toute cette noirceur en créant la beauté et l’amour non ? Ce dont j’étais sûre en tout cas, c’est qu’en alimentant les croyances sombres qui m’avaient été transmises en session d’hypnose régressive, je participais à nourrir la négativité. Et ça ne me paraissait pas très productif.

Après avoir écouté ce podcast d’Issâ Padovani intitulé Vibrer la lumière de son être, la nécessité de l’optimisme m’a soudain paru évidente ! C’était en cultivant l’optimisme qu’on pourrait inverser ce mouvement de négativité et de souffrance. Pas en se convaincant que la situation est désespérée ! ça m’a fait comme un électrochoc et en même temps un grand soulagement de reconnecter enfin, avec ma positivité naturelle. Alors que ces croyances sombres me maintenaient dans la crispation et le désespoir.

S’en est suivie une lente ascension vers ma propre vérité. Celle qui me soutenait et me redonnait le goût de vivre. Il ne s’agissait pas de fustiger les personnes qui m’ont transmis ces informations erronées. Mais il était indispensable à ma survie de fermer hermétiquement la porte à ces visions pessimistes, et de choisir consciemment de me construire d’autres références. Après tout il y a autant de façons de voir le monde que d’hommes et de femmes sur Terre.

Progressivement je me suis ouverte à d’autres informations, les travaux de recherche menés par le physicien Philippe Guillemant par exemple. Je me suis mise à écouter le podcast Métamorphose qui reçoit différentes personnes œuvrant pour l’ouverture de conscience. Certains sont scientifiques, d’autres philosophes, d’autres encore psychologues, médecins ou écologistes. J’avais un panel d’intelligences multiples qui par leurs recherches, observations et expertises particulières, venaient alimenter ma réflexion. Je n’avais plus qu’à choisir en quoi je voulais croire.

Et c’est lors de ce cheminement intellectuel, rendu plus « aisé » par un burn-out post-traumatique me clouant au lit (je n’avais plus que ça à faire), que j’ai pu expérimenter la puissance de nos croyances. A peine avais-je adopté une nouvelle croyance que j’en constatais les effets concrets dans ma réalité. La vraie magie, celle que je cherchais depuis toujours, c’était celle là !

Plusieurs semaines après ces évènements, je découvrirai les travaux de Gregg Braden sur le sujet, à travers son livre La guérison spontanée des croyances, l’éclatement du paradigme des fausses limites. Mais nous n’en sommes pas encore là dans l’histoire.

Comment nos croyances négatives nous font percevoir des cauchemars

Un jour, au milieu de toutes les connaissances passionnantes partagées par le physicien Philippe Guillemant au cours de ses conférences, une petite phrase a fait « tilt » : « l’énergie c’est de l’information ».

A ce moment-là je me suis dit que ces entités maléfiques à qui beaucoup d’entre nous (les personnes connectées au monde spirituel) prêtons des apparences, des caractères, des technologies, etc. ne sont que des énergies vibratoires, de simples informations. Quel réel pouvoir pouvait avoir une information sur moi ? Uniquement celui que je voulais bien lui donner. C’est à dire le pouvoir donné par ma croyance en cette information.

Et ça m’a percuté d’un coup : nous percevons et ressentons ces entités parce que nous y croyons très fort et nous y croyons si fort parce que nous sommes nombreux à y croire, à se passer le mot pour ainsi dire. Nos croyances individuelles sont alimentées par celles des autres. L’énergie que nous mettons dans nos pensées et nos croyances leur donne une densité qui nous permet de les visualiser ou de les ressentir comme si elles existaient réellement à l’extérieur de nous. Ces entités maléfiques n’ont en réalité aucune existence ! Et donc aucun pouvoir sans nous ! Elles sont la projection de nos croyances et cauchemars, comme on projette les images d’un film sur une toile blanche. Nous voyons ces choses selon l’interprétation que nous faisons de ce que nous percevons. Pour certain.e.s ce sera un nuage de fumée noire, pour d’autres ce sera une gargouilles aux ailes de chauve-souris ou que sais-je d’autre. Notre cerveau décode et traduit les vibrations que nous percevons, selon les symboles et croyances que nous portons en nous.

Avant cette prise de conscience je vivais encore avec quelques légères manifestations désagréables venues de l’invisible, contre lesquelles je luttais à coup d’affirmations. Je les vivais comme de petites provocations qui me maintenaient en état d’alerte et m’empêchaient de guérir pleinement du traumatisme de ces 3 années d’enfer. Ce n’était en fait que le résultat de ma propre énergie. C’était la queue de la comète, je n’avais pas terminé de changer mes croyances profondes, alors je continuais de « créer » des phénomènes paranormaux dans mon environnement. C’étaient par exemple des petits craquements un peu trop fréquents et systématiques pour être attribués au hasard.

Après cette prise de conscience, les petites manifestations désagréables ont immédiatement cessé et complètement disparu. Preuve que c’était bien mes croyances qui étaient à l’œuvre. Plus aucun petit bruit étrange inexpliqué, plus de cauchemars bizarres dont je gardais les sensations même après le réveil et qui nécessitaient un « nettoyage énergétique », plus rien. Du jour au lendemain. J’avais la preuve que ma compréhension de ces phénomènes était juste. Tout avait disparu. Je pouvais enfin me laisser aller à exprimer ma douleur et panser mes plaies.

Le pouvoir de nos traumatismes inconscients

Peu à peu, l’épuisement s’estompant un peu, j’avais renoué avec mes cartes oracles et mes perceptions médiumniques, tout simplement parce que c’est vers ça que mon cœur m’appelait et que ça fait partie de ma nature profonde. Les entités maléfiques avaient disparu mais les messages perturbants persistaient. Je recevais autant de guidances justes, que de faux messages ressemblant à ceux qui m’avaient assailli auparavant. la théorie des entités manipulatrices ne tenant plus la route, j’ai démarré une autre enquête pour savoir ce qui provoquait ces messages.

C’est à l’occasion de ces recherches que j’ai découvert ce qui se cachait dans mon inconscient. J’ai aussi découvert la véritable identité de ces être invisibles avec qui je communiquais.

Ils m’ont expliqué qu’ils étaient mes ancêtres, et d’autres consciences humaines aujourd’hui désincarnées. Ils m’ont expliqué tous les mensonges qu’on m’avait transmis et auxquels j’avais cru. Tout devenait d’une logique implacable et d’une simplicité limpide. Ils me montraient comment s’étaient construit certaines croyances au fil de l’histoire de l’humanité. Ils m’ont enseigné à comprendre le fonctionnement de la conscience humaine lorsqu’elle est incarnée dans un corps. Les limitations auxquelles nous sommes soumis.e.s et comment s’en libérer. Ils m’ont aussi expliqué comment fonctionne la médiumnité. Rien d’extraordinaire dans leurs explications. Tout était si simple et si rassurant ! J’avais l’impression de sortir enfin d’un long cauchemar.

Mais pour en revenir à ce qui se cachait dans mon inconscient, mes ancêtres m’ont expliqué comment de lourds traumatismes transgénérationnels avaient imprimé en moi les ingrédients de cet enfer médiumnique. Par respect pour les membres de ma famille je ne détaillerai pas ici les événements dont il est question. Mais j’ai soudainement compris que le discours manipulateur que j’entendais n’était ni le mien, ni celui d’êtres invisibles. C’était celui des conditionnements dont j’avais hérité de ma lignée et qui se mettait violemment en travers de mon épanouissement. C’est cette compréhension qui a été ma véritable libération. J’ai pu commencer à déprogrammer en profondeur tous ces mensonges qui me faisaient souffrir jusque dans les tréfonds de mon être. Et petit à petit les faux messages ont disparu.

J’ai immédiatement pensé à toutes ces personnes qui sont médium sans le savoir, qui perçoivent d’abord les voix de leurs traumatismes et à qui on diagnostique des maladies mentales… J’aurais pu me retrouver à leur place, bourrée de médicaments et/ou hospitalisée. J’ai fait ce trajet seule, épaulée et soutenue par mes ancêtres. Parce que ce que j’avais à raconter n’était audible par aucun médecin, aucun psy. J’ai pris mon temps, j’ai souvent trébuché, je me suis sentie seule souvent. Je ne pouvais compter que sur mon esprit logique et ma médiumnité. Et le fait est qu’elle m’a sauvé la vie.

Il faut aussi que je te dise que j’ai été détecté THPI. Et je ne sais pas si c’est lié mais j’ai pris conscience que j’entends toutes mes pensées. ça va dans tous les sens et ça ne s’arrête jamais. Je pense que c’est pareil chez tout le monde mais moi j’entends vraiment tout très consciemment. ça a toujours été comme ça. ça explique comment j’ai pu si facilement confondre mes propres pensées avec ma clairaudience. A l’époque je ne savais pas que j’avais un cerveau hyperfonctionnant, ni comment cette atypie se manifeste particulièrement chez moi. Découvrir cet aspect de ma personne a été pour moi comme une conclusion. La dernière pièce du puzzle qui me permet de terminer de comprendre ce qu’il m’est arrivé.


Clic droit pour ouvrir dans une nouvelle fenêtre

Mes croyances d’aujourd’hui

Je ne crois plus à l’existence de guides, d’anges ou d’êtres galactiques supérieurs ni aux entités néfastes. Je crois que l’univers contient toutes sortes d’informations, certaines plus bienfaisantes que d’autres, certaines plus denses que d’autres, selon qu’elles sont massivement alimentées au non, et qu’il appartient à chacun de décider avec quel type d’information il ou elle s’aligne.

C’est peut-être bien ça la clé du fameux taux vibratoire qu’il convient d’élever pour se sentir en paix et heureux.se. Et c’est bien autre chose que d’enchaîner les méditations et les nettoyages énergétiques qui nous permet cette élévation. Pour moi c’est surtout une question d’ouverture de conscience et de recherche d’une authentique autonomie de pensée et d’existence.

Après une longue période de doute j’ai fini par croire à l’existence de mes ancêtres car ils ont su m’apporter des preuves irréfutables de leur présence auprès de moi.

Je sais aujourd’hui que les perceptions médiumniques sont un mélange de perceptions réelles et d’interprétations symboliques. Ceci explique l’impossibilité d’une parfaite exactitude. Mais plus on se connaît profondément et plus on sait faire la différence entre la voix de nos ancêtres et compagnons désincarnés, et la voix des croyances plus ou moins saines qui nous habitent.


Clic droit pour ouvrir dans un nouvel onglet

Cesser l’amalgame entre médiumnité et spiritualité

En tant que médium, je me sens appelée à œuvrer pour la reconnaissance et l’acceptation de cette faculté qui m’est tombée dessus sans que je l’aie choisi, et que beaucoup de gens associent à une croyance, […]

Je crois que c’est ce que nous sommes à l’instant t qui conditionne le fait qu’on se connecte à telle ou telle information et la façon dont on interprète cette information. Dans cette logique, la relativité de l’information apparaît évidente. Et on comprend mieux pourquoi on entend si souvent dans le milieu de la spiritualité que chacun a sa vérité. Affirmation à ne pas prendre au pied de la lettre car il y a bien une vérité qui existe mais elle nous semble la plupart du temps inaccessible ou incompréhensible. On comprend aussi l’importance de se réapproprier nos intentions avec plus de conscience, plutôt que de se laisser mener inconsciemment par les mécanismes de survie inappropriés, créés pour faire face aux traumatismes vécus.

Enfin, je crois en la multi-dimensionnalité de l’être humain, et en sa puissance infinie. Nous n’avons besoin d’aucun « être de conscience supérieure » pour inventer le monde d’amour dont nous rêvons. Nous avons seulement besoin de soigner nos blessures et traumatismes passés pour retrouver la liberté, l’harmonie, et le pouvoir de création qui nous caractérise.

En ce qui concerne ce que j’ai vécu, toute ces années d’horreur n’ont pu exister que parce que certains traumatismes très anciens avaient programmé dans un endroit jusque-là inaccessible de mon être, la croyance que je n’étais pas complète et que je n’avais pas droit au bonheur. Je portais également des croyances de négation de soi particulièrement violentes qui s’exprimaient par le harcèlement que j’ai revécu à travers mes perceptions médiumniques.

Si je n’avais pas eu ces blessures mes capacités se serait exprimées à travers un tout autre filtre. C’est probablement ce qui explique la diversité des expériences en matière de médiumnité…

Epilogue : une spiritualité positive et bienveillante

Je ressors de cette expérience avec la conviction que certains concepts de la spiritualité, telle qu’elle est actuellement divulguée ou “popularisée”, sont vraiment toxiques.

Par exemple je ne crois plus du tout que la souffrance soit nécessaire à l’évolution de la conscience, ni que la vie nous présente des épreuves dans le but de nous faire grandir. Je pense que la vie n’a pas d’autre volonté que de se préserver et de s’expandre, et que c’est nous-même qui créons nos expériences en même temps que nous les vivons. A nous donc de choisir consciemment de refuser la souffrance, et de choisir de créer l’harmonie. A chaque instant.

Je crois qu’on peut abandonner toute les croyances et pratiques qui nous gardent en otage, nous maintiennent dans l’inconfort, la contrainte ou la douleur, nous font sentir misérables et impuissant.e.s. Bien sûr abandonner ces croyances et les remplacer par d’autres ne se fait pas du jour au lendemain. C’est un processus qui commence à mon avis par une décision consciente : celle de ne plus tolérer que la souffrance existe dans nos vies. Et donc d’arrêter de croire par exemple qu’il est normal que la vie soit dure. Accepter ce nouvel angle de vue nous conduit de fait à adopter des stratégies d’apaisement et de guérison plutôt que des stratégies de résistance et de combat…

Je suis plus que jamais engagée pour la douceur, l’amour de soi et la bienveillance. Je crois que nous ne sommes pas venus sur Terre pour souffrir ou passer des épreuves nécessaires à notre soi-disant évolution, ou expérimenter la souffrance pour savoir ce qu’est l’amour, mais pour expérimenter la joie et l’amour dans la matière, sous toutes leurs formes. Et selon moi cela commence par la relation à soi-même. Se traiter avec douceur et avec amour permet de cheminer avec plus d’harmonie vers cet objectif que notre âme s’est fixée en choisissant de s’incarner sur cette planète. L’objectif principal est assurément selon moi, de goûter la joie d’être en vie et de contribuer à faire grandir l’expression de l’amour dans la matière. Et cela passe par divers projets appelés communément « missions de vie ».

Ressources utiles (livres, vidéos etc.)

Je m’arrête là et te laisse avec ces quelques suggestions de lectures et de vidéos, celles qui m’ont aidé à reconstruire tous les niveaux de mon être après ce cataclysme, à retrouver des croyances qui me soutiennent et à me réapproprier mes capacités magiques et intuitives. Bonne exploration !

Livres

Philippe BERTHOLON – Les archétypes du traumatisme de la naissance

David O’HARE et Jean-Marie PHILD – Intuitions, apprenez à écouter votre voix intérieure pour prendre de meilleures décisions

Gregg BRADEN – La guérison spontanée des croyances, l’éclatement du paradigme des fausses limites

Bessel VAN DER KOLK – Le corps n’oublie rien. Le cerveau, l’esprit et le corps dans la guérison du traumatisme

Jocelyne FANGAIN – Actions à distance par la radiesthésie et le magnétisme

Jocelyne FANGAIN – Cours complet de radiesthésie médicale

Mag THEVENIN – Cours pratique de magnétisme au quotidien

Vidéos et podcasts

La très utile chaîne YouTube « L’audace d’être soi » sur les sujets du traumatisme et des relations d’emprise

Et pour les travaux de philippe Guillemant voici sa chaîne YouTube mais je t’encourage vivement à chercher son nom aussi dans le moteur de recherche de YouTube pour retrouver ses conférences plus récentes.

Le podcast « Métamorphoses, le podcast qui éveille la conscience » évoqué plus haut

La chaîne YouTube d’Issâ Padovani où tu trouveras vidéos et podcasts

La chaîne Youtube « Love Covered Life » en anglais, à propos de NDE (Near Death Experience ou Expériences de Mort Imminente en français) et de la réalité des histoires sombres que certains racontent sur l’après-vie et le monde invisible.

A bientôt pour d’autres partages 💖

Je suis Marie, âme sensiblecréative et spirituelleneuro-atypique (THPI+TSA+TDAH), amoureuse de la vie et du bonheur.

Ancienne coach et thérapeute holistique, je suis aujourd’hui auteure et je continue d’accompagner celleux qui le souhaitent à travers mes textes, podcasts et ouvrages.


Pour recevoir mes prochains article automatiquement, abonne-toi ci-dessous. Pas de bla-blas superflus ni de messages de vente, juste mes articles de blog.


Quand la spiritualité se révèle toxique - mon parcours spirituel atypique - lavoiedouce.com

A découvrir aussi :

2 réponses à “Mon parcours spirituel hors du commun (version enrichie)”

  1. Merci pour ce témoignage et surtout pour les enseignements éclairants qu’il délivre au passage. Je souhaite qu’ils soient lu par toutes ces personnes qui ont besoin de comprendre et d’accepter ces dimensions de la vie et qui n’osent pas. MERCI

    Aimé par 1 personne

  2. Merci beaucoup Marie pour le partage de ce que tu as traversé de manière précise et concrète et pour le résultat de tes recherches sur ce que tu as vécu.
    C’est très inspirant ❤
    Douce journée à toi ✨

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :